août 07

Le centre social le Picoulet recherche des bénévoles

avr 12

Les ateliers sociolinguistiques font du théâtre avec le Local

Au centre social du Picoulet, les jeudis après-midi de novembre à mars, ont lieu des ateliers un peu spécifiques, mêlant théâtre et ateliers sociolinguistiques. 

Jessica, responsable des ateliers sociolinguistiques et des actions culturelles au Picoulet, nous parle de ce projet en lien avec le théâtre voisin du Local. Mené en collaboration avec son directeur, Gabriel Debray,  ce projet a pour objectif d’utiliser le théâtre comme moyen d’expression, en mêlant les ateliers sociolinguistiques du Picoulet et les ateliers théâtre du Local. Il dure depuis maintenant 4 ans, et remporte un franc succès ! Jessica voit le théâtre comme un levier de l’apprentissage du français.

Au Local, Gabriel Debray anime des ateliers de deux heures, en mêlant expression orale et interprétation de textes, de la poésie par exemple. Un premier travail de lecture de textes est effectué, puis un second travail de mise en scène et d’interprétation. Au mois de mars, une représentation théâtrale est ensuite organisée pendant le festival du Printemps des Poètes.

Ce travail a lieu en petit groupe, afin d’aider à l’autonomisation et à l’expression orale, c’est un atelier qui donne confiance à
ceux qui y participent, une aide aussi à la vie de tous les jours, concrète, qui permet de se sentir plus à l’aise à la fois avec la langue, avec les autres, avec son environnement. Le travail est littéraire, c’est aussi une ouverture culturelle.

En participant, les usagers se lancent un défi : celui de se mettre en lumière à travers le regard des autres.

Le groupe du Picoulet

Gabriel Debray, le directeur du Local, raconte ce projet porté par le quartier avec ses mots.

« Pour mettre les mots en voix, il existe une implication importante de ce public, d’où cette idée de faire de la poésie avec eux. La langue est importante mais doit aussi exister le plaisir des mots, de l’échange et de la communication. Dans la poésie est mise en valeur la musicalité de la langue, il existe une possibilité par le son de créer une émotion.  C’est un échange, un travail sur le regard : on adresse un texte avec son regard, on le donne à voir à travers le regard. »

Le sens de ce projet, Gabriel le voit comme un engagement dans le quartier, une inscription dans le quartier à travers son histoire, c’est sa « façon d’agir à petites gouttes d’eau dans ce monde de dingue ». C’est un moyen de découvrir, d’échanger, la portée humaine est sensible, c’est un partage dans la cité, un moyen de diffuser la parole, un apprentissage. Une aide à prendre la parole et à lui donner un sens, cette même parole qui nous aide à prendre place dans la cité. « La personne trouve sa dignité dans le savoir être ».

 Un jour, une femme qui participait aux ateliers lui a dit : « Vous nous avez permis de redresser la tête ». Ce jour-là Gabriel a su qu’il voulait amener ce projet le plus loin possible.  

Par Marion LUCAS, stagiaire en licence Écrivain Public

avr 12

Le Brésil en cuisine avec Andrea et Nicolas

 Touspoivrons les mardis matins au centre social du Picoulet, rue de la Fontaine au Roi, c’est atelier cuisine. Cet atelier, et non « cours » comme aiment le préciser les trois bénévoles qui l’animent, a été créé au départ pour faire découvrir aux habitants du quartier et usagers du centre social la cuisine française.

C’est aussi l’occasion d’échanger en français, c’est de la convivialité. Cet atelier plaît beaucoup, car il est très concret, très visuel. Les femmes qui participent à cet atelier (il y a très peu d’hommes) proposent aussi leurs recettes : tajines, crêpes mille trous, feuilles de vigne, gyozas…

Ce mardi 19 janvier, j’y rencontre Andrea et Nicolas, venus nous cuisiner du poisson à la brésilienne : Moqueca.
Arrivés en France pour le travail de Nicolas, et avant de repartir pour le Brésil, ils souhaitent nous présenter une de leurs recettes et la faire avec nous au Picoulet.

Dans cet atelier auquel a participé Andrea, elle me dit qu’elle a apprécié de pouvoir discuter en français avec les autres, cet atelier permet de parler de tout, la cuisine n’étant finalement qu’un prétexte à la rencontre et aux échanges… Il lui a permis aussi de prendre connaissance de tous types de cuisine du monde, ce qu’elle a apprécié car elle ignorait que les diversités culturelles pouvaient être si nombreuses au sein d’un centre social de quartier.image (2)

Ils ont appris à cuisiner un peu avec leurs parents, Nicolas avec son père surtout, Andrea avec sa grand-mère. Nicolas raconte que son père cuisine très bien, comme un artiste, seul dans sa cuisine, portes fermées…avec amour. Ils racontent la cuisine comme un moment privilégié, réunissant toutes les générations.

Ce jour là, Nicolas accompagne Andrea. Ils ont choisi de cuisiner avec nous un poisson avec des légumes : il leur a fallu trouver un plat faisable ici en France avec les ingrédients qu’ils ont pu trouver, ils voulaient faire un plat qui soit simple, rapide et bon, facile à réaliser pour ceux qui ne savent pas spécialement cuisiner, tout comme Andrea qui nous dit qu’elle a beaucoup appris en participant aux ateliers du Picoulet.

image (1)Vous voulez en savoir plus sur cette recette Brésilienne ?6a00e54f10584c88340115721ff3aa970b
Un livre de cuisine des recettes des ateliers cuisine du Picoulet est en préparation, alors rendez-vous à la rentrée prochaine !

Par Marion LUCAS, stagiaire en licence Écrivain Public

mar 15

Agenda du Picoulet

AGENDA DU MOIS DE MARS 2016

 

MERCREDI 2 MARS

18h30 Vernissage exposition de peinture, Joëlle Westphal Booth, au Picoulet.

SAMEDI 12 MARS

10h Café des parents, Collège L.R. Aubrac.

10h-18h Journée des solidarités, Maison des Métallos.

JEUDI 17 MARS

18h-20h Happy Hour musical – scène ouverte, au Picoulet.

SAMEDI 19 MARS

14h Conférence gesticulée, Franck Lepage et David Ropars, sur la question de la politique de la ville, au Picoulet.

17h Printemps des poètes, au Local.

JEUDI 24 MARS

19h Ciné-débat « Les joyaux de la tristesse », film documentaire sur la problématique des mères célibataires au Maroc.

SAMEDI 26 MARS

15h « Parcours Filles Femmes » sur le Quartier Fontaine au roi, square Jules Verne.

nov 18

Activités du centre social le Picoulet

Articles plus anciens «

Aller à la barre d’outils